[tel-00403932] Plaisance et environnement. Pratiques, représentations et impacts de la fréquentation nautique de loisir dans les espaces insulaires. Le cas de l’archipel de Glénan (France).

[tel-00403932] Plaisance et environnement. Pratiques, représentations et impacts de la fréquentation nautique de loisir dans les espaces insulaires. Le cas de l’archipel de Glénan (France).

http://ift.tt/2xTy1c2

La plaisance et les loisirs nautiques en France représentent 4 millions d’usagers. On dénombre environ 450 000 embarcations actives et la filière économique du nautisme est, dans la branche des loisirs, l’une des plus florissantes. Dans ce contexte de développement de cette activité, lié à une demande sociale toujours plus forte d’accès aux loisirs nautiques, et à un intérêt marqué pour la mer, se posent les questions de l’accompagnement de l’activité, de son encadrement en termes d’aménagement du territoire, de la gestion des usages et de la protection des espaces et des écosystèmes. A travers l’étude de la fréquentation touristique liée au nautisme dans les îles côtières métropolitaines, cette recherche propose une typologie des espaces insulaires prenant en compte les spécificités des îles et la multiplicité des activités de plaisance. Elle pose la problématique de la gestion de la fréquentation des espaces marins et terrestres et de la préservation des littoraux sensibles. L’archipel de Glénan, haut lieu du nautisme en France, a été choisi pour une analyse fine des pratiques plaisancières. Le plaisancier dans ses modes de fréquentation s’inscrit dans des logiques sociales (les pratiques), mais aussi techniques (liées à l’utilisation d’une embarcation), que la thèse développe dans leurs dimensions spatiale et temporelle. L’étude détaillée de la fréquentation a permis d’identifier les impacts environnementaux négatifs réels et potentiels de la plaisance sur le site des Glénan. Parmi les pratiques susceptibles de perturber les équilibres écologiques de l’archipel, le mouillage (sur corps-mort et à l’ancre) dans l’herbier de zostères a été retenu pour une analyse d’impact approfondie, suivant une approche pluridisciplinaire relevant de la géographie (étude de fréquentation, télédétection, systèmes d’information géographique) et de la biologie (observations et prélèvements in situ et approche expérimentale). L’étude montre le caractère contextuel des incidences anthropiques sur cet habitat et la plus grande capacité de l’herbier marin Z. marina à se reconstituer par rapport à son homologue Méditerranéen (Posidonia oceanica). Les résultats de la thèse contribuent à la connaissance d’usages encore mal appréhendés au regard de leur développement et à la compréhension des interactions Nature/Société sur les espaces littoraux dans la perspective d’une Gestion intégrée de la zone côtière.

via HAL : Dernières publications http://ift.tt/2xS5A0B

September 26, 2017 at 03:36AM